top of page

Apprendre à dire « non » pourrait être le meilleur allié pour vaincre le stress, selon une psychologue

Source : Femina



Au cours d'une journée, différentes propositions et opportunités peuvent s'offrir à nous. Cependant, il n'est pas nécessaire de toutes les accepter. Apprendre à dire « non » pourrait en fait être notre meilleur allié contre le stress.


Heures supplémentaires au travail, tâches ménagères, sorties entre amis... Alors qu'une journée ne dure que 24 heures, il n'est pas toujours possible de tout faire. Pourtant, notre cerveau semble conditionné pour que nous réalisions un maximum de choses en un laps de temps très court. De quoi nuire à la santé mentale. C'est pour cette raison qu'apprendre à dire « non » pourrait être l'allié idéal pour vaincre le stress.


De l'importance de savoir dire « non »


« Il est trop facile d'avoir trop à faire - de se précipiter, de remplir notre journée, de se sentir dépassé », explique le Dr Epel, psychologue, à Stylist UK. Qui n'a jamais eu le réflexe de faire des To do list à rallonge, alors même que les tâches principales de la journée n'étaient pas terminées ? Cette mauvaise habitude peut, sans même que l'on s'en rende compte, nuire grandement à notre santé mentale. Alors pour remédier à ce problème, la spécialiste recommande d'apprendre à dire « non ».


En effet, dire non de temps à autres permet simplement de se libérer du temps et donc de choisir ce que l'on souhaite réellement faire au cours de notre journée. « Si nous disons oui à tout le monde, nous ne nous donnons pas la priorité ni le repos profond dont nous avons besoin. En disant oui, nous excluons du temps pour autre chose », indique la psychologue. À l'inverse, savoir dire « non » permet de s'octroyer plus de temps pour soi et parfois même de faire des pauses. Dire « non » c'est « protéger notre temps et créer la possibilité d'avoir plus d'espace dans notre journée, du temps pour la facilité et la joie, des pauses, et peut-être même un repos profond ».


Cependant, avant d'arriver à cette étape, encore faut-il être capable de dire « non ». Pour cela, la psychologue recommande de régulièrement se poser une simple question : « comment voulez-vous que votre vie soit ? ». Ainsi, il devient alors plus facile de décliner des propositions. Pour que cela semble plus simple, il faut d'abord commencer par annuler les choses les moins importantes, ou les moins pressantes.


Si cela semble encore trop compliqué, il est aussi possible de faire un compris sous la forme de « oui, à condition que ». Comme le rappelle la spécialiste, « la clé est de valoriser votre repos autant que votre productivité et de trouver un moyen pour les deux de coexister avec équilibre ». Et lorsque nos proches réagissent mal au « non », il est essentiel de leur rappeler que c'est une manière de prendre soin de notre santé mentale et de mieux gérer le stress, afin d'appréhender la vie de manière plus apaisée.

Bình luận


Bình luận đã bị tắt.
bottom of page