top of page

Cinq façons d’instaurer une collaboration fructueuse

Source : Forbes - Sally Percy


De la résolution de problèmes à l’efficacité opérationnelle, la collaboration a toujours été essentielle au travail. Traditionnellement, les collègues tissaient des liens en s’asseyant physiquement les uns à côté des autres au bureau ou en participant à des événements de réseautage.

 

Dans notre nouveau monde du travail, cependant, les occasions de nouer des liens dans un espace physique sont souvent moins nombreuses. De plus en plus, les équipes sont dispersées dans plusieurs villes, voire plusieurs pays. Certaines ne se sont même jamais rencontrées en personne.

Alors, comment les dirigeants peuvent-ils instaurer une collaboration fructueuse dans le nouveau monde du travail ?

 

  1. Créer une culture ouverte qui accueille le feedback collectif

Le retour d’information est traditionnellement une base importante pour une collaboration efficace. Mais Jemima Myers, fondatrice et directrice de l’agence numérique à service complet Social Chameleon, estime que les voies du retour d’information doivent être élargies pour répondre aux exigences du nouveau monde du travail.

« La collaboration repose sur le fait que les gens se sentent suffisamment à l’aise pour contribuer et affiner leurs idées avec d’autres », dit-elle. « Cela commence par le fait de cultiver une culture d’équipe positive et ouverte. Les membres de l’équipe sont beaucoup plus susceptibles de s’engager dans une collaboration organique, c’est-à-dire de demander un retour d’information ou une contribution aux autres membres de l’équipe, s’ils entretiennent de solides relations avec eux. »

Myers pense que les membres de l’équipe devraient être encouragés à avoir une vision plus globale des activités de l’entreprise et être prêts à s’impliquer dans des domaines en dehors de leur propre description de poste. « Cela aidera les employés à se sentir valorisés et à faire partie de « l’image globale » », dit-elle. « Les dirigeants doivent ensuite s’assurer que les employés se sentent entendus en donnant suite à leurs demandes ou à leurs idées. »

 

  1. Passer de la gestion à l’épanouissement

Pour suivre le rythme de l’évolution du monde du travail, les dirigeants doivent adapter leur style s’ils veulent créer un environnement d’équipe collaboratif et motivé. Sharath Jeevan O.B.E., auteur d’Intrinsic et président exécutif d’Intrinsic Labs, spécialiste de la culture d’entreprise, estime qu’une partie intégrante de cette adaptation est de passer de la « gestion » des talents à leur « épanouissement ».

Auparavant, les dirigeants sélectionnaient un petit nombre de personnes qu’ils considéraient comme ayant du « talent » et les tenaient responsables en leur fixant des objectifs, explique-t-il. « En apparence, cela peut donner l’impression que les gens travaillent ensemble, mais il manque un objectif plus profond. Cela ne fait qu’alimenter la mentalité du « gagnant qui emporte tout », qui empêche de nombreuses personnes de voir leur potentiel se réaliser au travail. Nous devons faire évoluer l’état d’esprit de nos dirigeants pour passer de la gestion des talents à leur épanouissement. »

Sharath affirme qu’une collaboration significative dépend des leaders qui nourrissent le potentiel de tous leurs collègues – et cela ne se limite pas au coaching ou au mentorat. « Le véritable épanouissement respecte l’authenticité et l’individualité de chaque membre de l’équipe », dit-il. « Tout le monde a du potentiel. La question est de savoir comment l’organisation aide l’individu à réaliser le sien. Et vice versa. »

 

  1. Investir dans la gestion automatisée et crowdsourcée des connaissances

Le partage des connaissances est essentiel à une collaboration efficace. Pourtant, Angus Gregory, PDG de la société de logiciels Biomni, affirme que de nombreuses organisations continuent de fonctionner en silos, où les individus ne donnent pas la priorité au partage des connaissances.

Il ajoute : « Un temps précieux est passé à essayer de trouver des informations sur de multiples plateformes non connectées ou à attendre des réponses aux tickets et aux requêtes. »

Gregory souligne que le travail hybride a diminué les opportunités pour les conversations récréatives qui ont historiquement sous-tendu la collaboration. « Virtuellement, les gens ne peuvent pas entendre votre question et vous orienter dans la bonne direction comme ils pourraient le faire au bureau », dit-il. « L’échange peut rapidement se refroidir. »

Un système centralisé de gestion des connaissances peut fournir aux employés un accès instantané et en libre-service à l’information, quel que soit le lieu. « De même, en surveillant qui pose quelle question, les dirigeants peuvent combler les lacunes en matière de connaissances en les communiquant à l’ensemble de l’entreprise et en incitant leur équipe à proposer des réponses », suggère Gregory. « Le crowdsourcing (production participative) renforce la collaboration au sein de l’organisation. »

 

  1. Prévoir du temps ensemble en dehors du cadre professionnel

Dans un monde de travail hybride, les dirigeants devraient se demander comment ils peuvent favoriser la constitution d’équipes et le réseautage dans les bureaux virtuels, déclare Anna Stella, PDG de l’agence mondiale de marketing externalisé BBSA. « C’est particulièrement important lorsque de nouvelles embauches entrent en jeu », explique-t-elle. « Les dirigeants n’ont pas encore tout à fait compris comment favoriser la mise en réseau et la constitution d’une équipe, ce qui pourrait conduire les membres de l’équipe à distance à se sentir isolés. »

Stella suggère aux dirigeants de trouver des moyens de faire croître un esprit d’équipe cohésif virtuellement pour encourager la collaboration au travail et en dehors du travail. Elle déclare : « Les activités ludiques avec votre équipe distante peuvent être utilisées comme un outil efficace pour favoriser l’inclusion. Pensez aux salles d’évasion virtuelles, aux happy hours numériques et aux jeux de société. Les membres de l’équipe à distance peuvent être répartis en petits groupes, ce qui donne à chaque équipe une chance égale de participer ».

 

  1. Encourager les actions sociales positives

Pour Julio Bruno, auteur de Passion to Lead, une collaboration significative signifie obtenir un impact social positif. Ce programme est mieux établi par les dirigeants eux-mêmes.

« À la lumière du nouveau paysage de la consommation et de l’économie de l’information, nous devons voir les entreprises comme une force du bien – d’autant plus qu’un certain nombre de sociétés dans ce monde ont plus d’influence et de pouvoir que la plupart des gouvernements », explique Bruno.

Selon lui, le nouveau « triple bilan » – personnes, planète et profit – signifie que les entreprises ne sont plus uniquement préoccupées par la mesure du profit, mais qu’elles doivent également avoir un impact positif. Il incombe aux dirigeants – souvent les PDG – d’initier et de maintenir ce changement.

« Un PDG a la possibilité de s’affirmer sur le marché en étant un porte-parole pour faire avancer le bien social sans les entraves du discours politique », explique Bruno. « Ils sont plus libres que les politiciens de défendre le bien et de joindre l’acte à la parole. »


Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page