top of page

Comment devenir charismatique en 8 leçons

Source : Les Echos - Fanny Guyomard



En théologie, le charisme est un don conféré par la grâce divine. En réalité, cela peut s'apprendre. Mais c'est un exercice complexe, qui repose sur des considérations objectives comme subjectives. Comédiens, professeurs de rhétorique, avocat, musicien et philosophe donnent leurs clés.


Dans le jeu Les Sims 3, les personnages doivent développer certaines compétences pour survivre. La cuisine, le sport… Mais la plus essentielle, celle qui permet de se faire aimer, c'est le charisme. « Sans charisme, on ne va nulle part, affirme Luce Albert, spécialiste de rhétorique à l'Université d'Angers et à Sorbonne Université. Les personnes charismatiques portent un idéal et nous font nous sentir meilleurs. Elles emportent l'adhésion, mais cela s'apprend et demande beaucoup de boulot. » Même une huître, donc, peut avoir du charisme si elle cultive la perle en elle… En réussissant à dépasser ces contradictions : capter l'attention en restant humble, avoir confiance en soi sans paraître arrogant.


Alors comment acquérir cette chose en apparence insaisissable, presque magique, cette « grâce personnelle et extraordinaire », comme la définit Max Weber ? Un je-ne-sais-quoi que l'on peut davantage sentir que dire, pour paraphraser Boileau qui songeait à l'art poétique. On pense aussi au sentiment amoureux, pas si étranger au charisme… Mystique, magique, le charisme est difficile à cerner car de nombreux facteurs subjectifs entrent en compte. En voici quelques-uns.


01. L'art d'entraîner les autres avec soi


Si Pauline Clément devait jouer un personnage charismatique, voici comment la pensionnaire de la Comédie-Française procéderait : « Je regarderais bien les gens dans les yeux et tous mes faits et gestes seraient des décisions. Les gens tranchés, on les écoute plus. Quand j'étais vendeuse dans une boutique de vêtements et que des clients me disaient que leur enfant avait deux mois, je savais qu'avec cette marque il fallait prendre du trois mois, mais elles ne me faisaient pas confiance. Ma collègue le disait de manière plus assumée et les gens la croyaient », sourit-elle. Mais pas de là à prendre une voix autoritaire… « J'avais vu jouer la comédienne Georgia Scalliet, qui ne parlait pas très fort, donc il fallait que le public tende l'oreille. Elle arrivait à nous appeler à elle. Je me disais que c'était une super façon de jouer », évoque l'actrice de sa voix gracile.


Amener les gens à et avec soi, sans contrainte, c'est ce à quoi travaille la philosophe Agnès Gayraud, alias La Féline, en concert. « La séduction, j'en joue à fond ! A travers la musique (prendre une voix caressante, parler à l'oreille des gens à travers le micro), l'intelligence du texte (mettre des images dans les têtes, les faire voyager et vous suivre, tels des followers), et le physique (moins être désirable que susciter un état désirable) », développe la quadra aux traits anguleux. Gagner son auditoire à travers le pathos, le logos et l'ethos : les trois concepts du grand orateur Cicéron y sont.


« En rhétorique, selon Cicéron, il y a trois impératifs pour être un bon orateur, une personne charismatique, présente Luce Albert. Il faut être capable de soulever des passions chez son auditoire (pathos), les séduire grâce à votre manière d'être (l'ethos), et instruire (le logos). Il faut un bon dosage de ces trois aspects : révolter mais faire aussi des propositions, plaire sans être séducteur, enseigner sans être trop prof », décline la conseillère en rhétorique auprès de dirigeants en entreprise, au sein du cabinet Antistrophe. Si un ingrédient manque, la mayonnaise ne prend pas.


Quand Nicolas Sarkozy remodelait son ethos

« Prenez le discours d'entrée en campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007, lors du congrès de l'UMP. Il savait que lorsqu'il arrivait à la tribune, les Français le considéraient comme un arriviste, sans coeur. Mais son propos a été de modifier son image, sans quoi il n'embarquerait pas son auditoire. Il n'a cessé de dire 'j'ai changé', analyse Luce Albert. J'ai changé parce que les épreuves de la vie m'ont changé, disait le futur président. Je veux le dire avec pudeur mais je veux le dire parce que c'est la vérité et parce qu'on ne peut pas comprendre la peine de l'autre si on ne l'a pas éprouvée soi-même. On ne peut pas partager la souffrance de celui qui connaît un échec professionnel ou une déchirure personnelle si on n'a pas souffert soi-même. J'ai connu l'échec, et j'ai dû le surmonter. » Efficace.


02. Une dose de sensibilité


Quel est le James Bond le plus charismatique ? Le plus fragile, dirait Pauline Clément. « Le héros d'un film, s'il est juste fort et charismatique, c'est nul. On ne s'attache pas, il trace sa route tout seul », balaie l'actrice. Elle refuse les personnages trop parfaits et carrés, « j'ai l'impression que je ne peux pas les atteindre, voir qui c'est. Peut-être que les grands fragiles sont les plus charismatiques, ils avancent avec leurs failles ».


Sur scène, je viens partager et recueillir quelque chose qui est de l'ordre de l'amour. Le charisme permet de faire du bien aux gens.

D'après Agnès Gayraud, c'est souvent d'un sentiment d'abandon que découle le désir des autres et que mûrit cette capacité à attirer les autres à soi. L'enfance agitée de Kurt Cobain ; John Lennon, confié par sa mère à sa tante ; Paul McCartney qui a perdu la sienne à 14 ans… « Un manque crée un appel d'air, l'individu en besoin vous happe. On ressent le besoin de veiller sur lui, avance la philosophe. Dalida, Michael Jackson ont su établir l'illusion que la star avait besoin du fan. Une personnalité politique montre qu'elle a besoin des militants pour poursuivre son engagement. » Qui m'aime me suive. En suivant leur leader, les followers gagnent un sentiment de puissance.


03. Prendre autrui en considération


C'est la présence d'un corps étranger entre le manteau et la coquille de l'huître qui conduit le coquillage à sécréter sa perle ! La personne charismatique attire les autres à soi, mais cela s'élabore. « Il faut être en connexion, sinon ça devient un monologue », reformule Pauline Clément. Donc conseil n° 1 : bien regarder son auditoire. Conseil n° 2 : réfléchir à son ethos prédiscursif, l'image que l'on donne de soi, à travers ses vêtements et sa démarche par exemple.


Troisième conseil : s'adapter à son auditoire, enseigne Aristote, qui recommande par exemple les adresses rapidement passionnées devant un public de jeunes adultes, particulièrement réceptifs à ce mode de discours, d'après sa classification des tempéraments selon les âges. Mais épouser les désirs de son auditoire, est-ce bien honnête ? Démagogie et manipulation sont contradictoires avec le point suivant : la « vertu », au sens platonicien.


04. Être bienveillant


Il y a le bon charisme et le mauvais. « Le charismatique a le pouvoir de rendre les personnes joyeuses, de décupler leurs forces… Mais il peut être destructeur, priver les personnes de leur liberté », introduit Luce Albert. Aristote théorise trois façons de repérer l'orateur en qui l'on peut avoir confiance, d'après son ethos, son logos et le pathos : sa vertu (apparente), ses décisions prudentes et avisées, et sa bienveillance.


La personne charismatique donne ainsi autant qu'elle prend. « Sur scène, je viens partager et recueillir quelque chose qui est de l'ordre de l'amour. Le charisme permet de faire du bien aux gens », défend la Féline. D'ailleurs, le leader doit soutenir une cause estimée juste, par lui et ses admirateurs. « Il n'y a pas de charisme sans mission, poursuit l'artiste philosophe. Et ce serait égoïste de choisir une vie d'ermite quand on est charismatique ! » Mais ce pouvoir a ses inconvénients : plus des gens vous aiment et le manifestent, plus d'autres sont exigeants et vous rejettent.


05. Être drôle ?


« Les gens qui sont drôles, ça marche très bien, observe l'avocate Roxane Best, l'une des douze secrétaires de la Conférence des avocats du barreau de Paris, élus par leurs prédécesseurs pour leur éloquence. On ne peut pas toujours être drôle dans nos plaidoyers, mais dans toute cette noirceur, ça peut faire du bien. Quand c'est bien amené ! C'est difficile en début de carrière, car il faut penser à beaucoup de choses quand on prend la parole. »« Cicéron pense qu'on ne peut pas être charismatique si on n'amène pas son auditoire à rire, par des traits d'esprit », la rejoint Luce Albert. Un exercice coutumier pour les Américains. « Les Européens ont une posture plus polie, modérée. Ce n'est pas de la tiédeur : c'est un juste milieu qui peut avoir de la saveur. »



À défaut de faire rire, une personne charismatique doit savoir sourire. « Pour les professeurs de rhétorique qu'étaient Aristote et Cicéron, le sourire est une arme absolue. Il permet d'ouvrir l'écoute, de mettre en marche la bienveillance. Et ce n'est pas interdit pour un sujet grave. » Elle renvoie à l'hommage aux Invalides d'Emmanuel Macron au professeur Samuel Paty, assassiné par un islamiste en 2020. « Il avait un regard franc et grave, et à certains moments un sourire d'empathie, qui signifie sa compréhension. Ce sourire signifiait : je souffre avec l'autre », analyse la professeure en éloquence.


06. Rester soi-même


L'anticharisme : être faux, jouer un personnage. Comme le formule Luce Albert, « il n'est pas bon de vous faire devenir Jean-Luc Mélenchon ou Jean-Marie Le Pen ! Si vous n'êtes pas du tempérament d'un tribun, cela se verrait que vous ne seriez pas vous-même et ce ne serait pas crédible. Les personnes réservées peuvent être charismatiques, et elles n'en ont souvent pas conscience et se sous-estiment ».


Ce ne sont d'ailleurs pas les candidats les plus éloquents qui retiennent l'attention de Pauline Clément quand elle est jurée au concours de la Classe libre du Cours Florent. « Des gens arrivent sur scène, ils sont bons, mais il ne se passe pas grand-chose. D'autres sont plus maladroits mais j'ai vu leur personnalité, ce qu'ils sont. Et je me dis, je l'aime bien, celui-là, il est atypique ! »


L'avocate Roxane Best le souligne : « Ce qui compte avant tout, c'est la singularité. Un supplément d'âme. Mais singularité ne veut pas dire chercher l'originalité à tout prix ! C'est être proche de ce que l'on est. » Problème : parler en public demande de nombreux codes. « Il faut réussir à se débarrasser des préjugés sur la manière dont il faut plaider pour que notre singularité apparaisse. Cela se cultive en plaidant beaucoup ! Et en interrogeant ensuite les auditeurs sur l'image qu'on leur a envoyée. Il ne faut pas avoir peur de demander au public ce qui leur a plu, de s'exposer, de prendre le risque d'être mauvais ! »


07. Ne pas rechercher directement le charisme


Pour être charismatique, il faut viser ailleurs. « Il y a contradiction : si je me dis que je suis authentique, il y a un problème, je construis mon authenticité, pointe Agnès Gayraud. C'est la même chose pour le charisme. Le travailler n'a pas de sens. » Un avocat atteindra le charisme en défendant son dossier avec enthousiasme. Un musicien se révèle sur scène. Elton John était ainsi apparu terne lorsqu'il était arrivé sous les projecteurs, un soir d'août 1970 à Los Angeles, rapporte le journaliste du Los Angeles Times, Robert Hilburn, cité par «Les Echos Week-End» . Puis l'artiste a joué le premier morceau, inouï, et sa personnalité a soudainement brillé de tout son éclat.


08. Accepter de ne pas être charismatique


Il faut donc reconnaître que l'on ne sera charismatique qu'à certains instants clés. C'est ce que les Grecs anciens appelaient le kairos : le bon moment. « Des personnes ont cette sensibilité et l'intelligence du meilleur moment pour prendre la parole. Ce n'est pas évident », commente Luce Albert.



Et il faut accepter de paraître charismatique aux yeux de certains, mais pas des autres. Entre janvier et juin, Roxane Best a ainsi entendu près de 230 discours d'avocats voulant prendre sa suite. Elle et les onze autres secrétaires de la Conférence devront choisir les plus charismatiques. « Des styles d'éloquence vont me plaire alors que mes soeurs et frères de Conférence vont les trouver ennuyeux, et vice-versa », remarque-t-elle. Son type de charisme favori : « L'éloquence calme, sans grosse voix ni effet de manche. Agréable, intelligent, posé, intense. »« Le charisme, cela dépend tellement de celui qui regarde ! C'est flou, mystique », reprend Pauline Clément. C'est ce qui fait aussi son charme.


留言


留言功能已關閉。
bottom of page