top of page

Comment fixer des limites au travail sans compromettre sa carrière ?

Source : Forbes - Flora Lucas



LIMITES | Vous continuez à accepter toutes les tâches supplémentaires que votre supérieur vous confie, même lorsque vous êtes au bord du gouffre ? Lorsque votre charge de travail dépasse vos capacités, cela peut entraîner de l’anxiété, du stress et même de l’épuisement professionnel.


Selon un rapport récent de Future Forum Pulse, l’épuisement professionnel dû au stress sur le lieu de travail a atteint un niveau record, puisque 42 % de la population active déclare avoir déjà souffert d’épuisement professionnel et les femmes y sont particulièrement exposées. Les femmes s’épuisent plus rapidement que les hommes, car elles ont également à leur charge les tâches du ménage (en plus d’occuper un emploi à temps plein). Selon une étude édifiante du Pew Research Center, même les femmes qui sont les soutiens de famille effectuent davantage de travail non rémunéré, comme les tâches ménagères et la garde des enfants. Lorsque l’on combine une charge plus lourde à la maison avec un manque de limites au travail, il est facile de comprendre pourquoi de nombreuses femmes luttent pour garder la tête hors de l’eau.


Heureusement, il n’est pas nécessaire d’accepter toutes les demandes de votre employeur pour maintenir la sécurité de l’emploi. En suivant ces conseils, vous pourrez bientôt transformer un « oui » en un « non » confiant, sans mettre votre carrière en péril.

 

Changez votre état d’esprit


La première étape de l’établissement de limites consiste à changer d’état d’esprit. Fixer des limites n’est pas égoïste. C’est une nécessité. Au lieu de céder votre pouvoir à votre patron, reprenez-le en fixant des limites saines. Les limites sont impératives parce qu’elles créent de la sécurité, protègent votre bien-être, favorisent des relations saines et rehaussent votre estime de soi. Sans elles, vous risquez de vous sentir épuisé et plein de ressentiment. Vivre sans limites, c’est vivre sans le respect que vous méritez. Une fois que vous avez reconnu votre droit d’exprimer directement vos besoins, vous êtes prêt à passer à l’étape suivante.

 

Définissez vos priorités


Avant de fixer des limites au travail, définissez vos valeurs et vos priorités. Demandez-vous si elles ont évolué au fil du temps. Par exemple, vous êtes peut-être passé de l’absence d’enfant à la maison à l’éducation de jumeaux en l’espace d’un an. Ou bien vous vous retrouvez à vous occuper d’un parent vieillissant. Une autre priorité peut être votre propre bien-être. Avez-vous souffert d’insomnies et de maux de tête en raison du stress lié à votre travail ? Si l’absence de limites au travail est à l’origine de graves problèmes de santé, il est temps de procéder à des changements immédiats.

 

Déterminez vos limites


Une fois que vous avez défini vos valeurs et vos priorités, il est temps de fixer vos limites. Pour commencer, qualifiez vos limites de strictes ou de souples. Les limites strictes sont celles sur lesquelles vous refusez tout compromis. Les limites souples sont flexibles. Elles sont considérées comme « agréables à avoir » plutôt qu’indispensables. Par exemple, si vous devez passer vos soirées avec vos enfants, vous préférerez peut-être ne pas consulter vos courriels après 18 heures. Si une question professionnelle urgente se pose, cela peut être considéré comme une limite souple. Supposons aussi que votre mère ait besoin que vous la conduisiez chez le médecin tous les lundis et mercredis. Cela signifie que vous aurez besoin de flexibilité pour adapter votre emploi du temps ou travailler à domicile ces jours-là.


Comme vous considérez que cette responsabilité n’est pas négociable, il peut s’agir pour vous d’une limite stricte.

 

Communiquez et soyez cohérent


Les limites au travail doivent être communiquées clairement, avec assurance et souvent. N’expliquez pas seulement quelles sont vos limites, mais aussi pourquoi vous en avez besoin. Soyez honnête afin que votre supérieur et vos collègues comprennent votre point de vue. Définissez également vos conditions. Par exemple, si vous ne voulez pas être contacté pendant vos vacances, sauf en cas d’urgence, définissez ce qui constitue une urgence. Enfin, vos limites seront inévitablement violées à un moment ou à un autre. Lorsque cela se produit, abordez le problème immédiatement. Parlez franchement, expliquez à la personne en cause quel est le problème et comment vous voulez procéder. Même si cela peut vous mettre mal à l’aise au début, il vaut mieux renforcer vos limites sur le moment plutôt que d’attendre.

 

Entraînez-vous à dire non


Si vous ne vous sentez pas à l’aise de refuser une tâche, ce n’est pas grave. Parfois, il faut simplement s’entraîner. Commencez par tester votre capacité à dire « non » dans des situations moins intenses. Par exemple, dites non au vendeur ambulant qui essaie de vous vendre quelque chose ou faites savoir à votre amie que vous ne pourrez pas venir à sa fête. Vous pouvez même imaginer des scénarios et vous entraîner chez vous. Voici quelques exemples de façons appropriées de dire non dans un contexte professionnel (sans utiliser le mot « non ») :


  • « J’aimerais beaucoup me joindre à vous pour la conférence, mais cette semaine-là, c’est l’anniversaire de ma fille et je ne peux pas manquer ça. »

  • « Malheureusement, je suis prise ces jours-là. Pourriez-vous m’envoyer d’autres créneaux horaires pour planifier une réunion ? »

  • « Merci d’avoir pensé à moi, mais mon supérieur m’a demandé de donner la priorité à deux autres projets avant d’accepter quoi que ce soit de nouveau. »


Fixer des limites au travail est essentiel pour le bien-être à long terme et la réussite professionnelle. Lorsque vous les ignorez, vous abandonnez votre pouvoir. En revanche, lorsque vous les renforcez, vous enseignez aux autres comment vous traiter.


Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page