top of page

LA NEWS DE WOMEN FIRST #117



La news de la semaine

Serena Williams : une Légende du tennis se dévoile dans "In The Arena" !🎾


Dans le tout nouveau documentaire "In the Arena : Serena Williams", Serena Williams nous ouvre les portes de sa vie et de sa carrière exceptionnelle. Ce documentaire en huit épisodes, présenté en avant-première au Tribeca Festival, vous promet un voyage émouvant à travers ses 27 ans de carrière professionnelle et ses 23 titres du Grand Chelem. 🌟


Serena, habituellement réservée, partage pour la première fois ses réflexions profondes sur son parcours. "À 14 ans, j'ai dû être réservée pour rester saine d'esprit", explique-t-elle, soulignant la nécessité de préserver sa santé mentale face à la pression incessante du monde du tennis. 📢


La série plonge dans les moments clés de ses apparitions aux tournois du Grand Chelem, dévoilant les coulisses passionnantes de ses matchs les plus mémorables. 


Lors de la première, Serena a exprimé son enthousiasme : "C'est vraiment cool de voir un vrai côté de ce qui se passe dans les coulisses. J'ai vu ces épisodes, mais je suis tout aussi excitée de les revoir ce soir". 📢


Accompagnée de sa sœur Venus, Serena partage également son expérience unique en tant que femme noire dans un sport majoritairement blanc, une perspective puissante et inspirante à ne pas manquer. 🌟


Le réalisateur Gotham Chopra, qui a travaillé avec de nombreuses légendes sportives, qualifie Serena de "GOAT (Greatest of All Time) des GOATS" - une reconnaissance bien méritée pour son parcours extraordinaire. 📽️


Ne manquez pas "In the Arena: Serena Williams", diffusé sur ESPN+ à partir du 10 juillet, juste après les ESPYs (Excellence in Sports Performance Yearly) que Serena animera. 🗓️

C’est seulement la quatrième fois qu'une femme animera cette prestigieuse cérémonie de remise de prix sportifs ! 🎉


Le coup de cœur de la semaine

Le FAMM : un musée 100% féminin ouvre ses portes ! 🎨

 

Nous avons une nouvelle excitante à partager : le tout nouveau musée Femmes Artistes du Musée de Mougins (FAMM) ouvre ses portes le 21 juin à Mougins (06), dans les Alpes-Maritimes. Ce musée unique en Europe, et le deuxième au monde de ce type, est entièrement dédié aux œuvres de femmes artistes. 


Une initiative audacieuse et nécessaire, portée par Christian Levett, ex-trader et milliardaire passionné d'art. 🌟

 

Un panorama mondial de la création féminine 🌍

Le FAMM expose 80 œuvres issues de la collection privée de Christian Levett, un collectionneur averti avec plus de 30 ans d'expérience. Sa collection comprend plus de 500 œuvres réalisées par des femmes artistes, et il continue de l'enrichir, comptant environ 2.000 pièces à ce jour.


Habituellement, ces créations ornent les murs de ses résidences, mais désormais, le public peut les admirer au FAMM.

 

Quatre galeries pour quatre parcours artistiques 🏛️ 

Installé dans les quatre étages de l'ancien Musée d'Art Classique de Mougins (MACM), le FAMM propose un voyage à travers les grands mouvements artistiques.


La première galerie est dédiée à l'impressionnisme avec des œuvres de Berthe Morisot, actuellement en hommage au musée des Beaux-Arts de Nice.


La deuxième galerie explore l'expressionnisme abstrait d'après-guerre avec des œuvres de Lee Krasner et Joan Mitchell, ainsi que des pièces emblématiques de Frida Kahlo.


Christian Levoitt explique sa démarche : "en faisant des recherches sur ces femmes artistes, on a un aperçu inédit des défis auxquels elles ont eu à faire face de la période impressionniste jusqu’à aujourd’hui." 📢


La troisième galerie présente des sculptures de Louise Bourgeois, et la quatrième met en lumière des artistes émergentes comme Sarah Lucas et Jenny Saville.

 

Des artistes de renom à découvrir 🌟 

Christian Levitt explique ainsi son engagement qui lui est apparu comme une évidence et une injustice historique :

Alors que je finissais de relire un grand classique de l’histoire de l’art et que j’en tournais la dernière page, je me suis demandé “mais où sont les femmes" ? 📢


Le FAMM accueille des œuvres de grandes artistes telles que Frida Kahlo, Françoise Gilot, Berthe Morisot, Louise Bourgeois, et bien d'autres. Christian Levett a voulu rendre justice à ces femmes souvent sous-représentées dans les musées, malgré leur contribution majeure à l'histoire de l'art.

 

Des "oubliées" enfin exposées ✨

Le FAMM n'est pas seulement une collection d'art, c'est un hommage vibrant à des artistes souvent oubliées ou négligées. Il offre une plateforme pour apprécier leurs contributions remarquables et inspirantes au monde de l'art.


Le FAMM s'inscrit dans une dynamique mondiale de reconnaissance des femmes artistes, à l'instar du "National Museum of Women in the Arts" à Washington ou du "Frauenmuseum" à Bonn en Allemagne.


Les femmes de la semaine

Entrepreneuses à New York : la French Touch en pleine expansion ! 🚀

 

Aujourd'hui, nous vous emmenons à la rencontre de cinq entrepreneuses françaises qui ont choisi New York pour développer leur activité.


Ces femmes dynamiques et déterminées nous inspirent avec leur capacité d'adaptation et leur succès dans la Grosse Pomme.


Voici leurs histoires, empreintes de défis, de résilience et de réussites !

 

Julie Chapon, CEO de Yuka : "J'ai vraiment été déroutée au départ" 🌟

Cofondatrice de l'application Yuka, Julie Chapon s'est installée à Brooklyn avec ses associés et leurs familles pour conquérir le marché américain. Pendant un an, ils vivent en colocation à onze dans une maison typique près de Prospect Park, un choix économique face aux loyers exorbitants de New York.


L'arrivée a été intense, avec des défis liés à la météo et à l'alimentation. Julie a dû s'adapter et a multiplié les connexions locales via le réseau French Tech, des réseaux de femmes et des espaces de coworking. Elle a également adopté la pratique locale de "reach out" pour se faire recommander des contacts.


Pour faire connaître Yuka, ils ont distribué des flyers, participé à des salons et projeté une publicité face au New York Times. Grâce à ces efforts, Yuka compte déjà 500.000 utilisateurs mensuels aux États-Unis. Le défi maintenant est de trouver un relais médiatique américain pour accroître leur visibilité, surtout dans un pays où les problèmes d'obésité sont préoccupants. Le marché est prometteur, les Américains étant habitués à payer pour des services de qualité, comme en témoigne leur disposition à acheter la version premium de Yuka.

 

Caroline Faucher-Winter, coprésidente de la French Tech NY : "Contre toute attente, les Américains ne sont pas les plus accessibles" 🌟

Arrivée à Washington il y a près de vingt ans avec son mari entrepreneur, Caroline Faucher-Winter a dû trouver sa place et se réinventer. Ses débuts ont été chaotiques, passant de la Banque centrale européenne au FMI, à la gestion des relations presse d'une start-up à New York, puis à devenir manager de l'artiste Franck Bouroullec. Elle souligne que les conjoints de fondateurs de start-up, souvent des femmes, doivent investir beaucoup en elles-mêmes, rendant chaque succès d'autant plus mérité.


Grâce à son réseau et son entregent, Caroline est devenue une figure clé de la French Tech à New York, héritant du poste de coprésidente. Elle dirige également son agence de communication Six Heures et anime le Galion Project. Elle est constamment stimulée par la qualité et la diversité des personnes qu'elle rencontre à New York, des entrepreneurs tech aux artistes, en passant par les leaders d'industrie et les étudiants.


Caroline, qui a connu New York avant l'arrivée massive des communautés business d'expatriés français, apprécie aujourd'hui cette "soupape" pour les nouveaux arrivants. 

Elle note que bien que les New-Yorkais soient faciles à rencontrer, ils ne se livrent pas facilement, mais restent présents en cas de besoin. 


La culture du "Give First" est ancrée à New York : donner de son temps, de ses contacts, ou de l'argent crée un cercle vertueux et des relations gagnant-gagnant, un concept encore peu compris en France.

 

Pascaline Lepeltier, directrice des boissons du restaurant Chambers : "Les New-Yorkais veulent avoir partout un coup d'avance" 🌟

Pascaline Lepeltier, Française renommée, a été nommée meilleure sommelière et Meilleur Ouvrier de France. Depuis 2009, elle s'est distinguée à New York, d'abord comme sommelière puis manager au restaurant Rouge Tomate à Chelsea, et maintenant chez Chambers (anciennement Racines) à Tribeca. Elle a réussi en se concentrant sur des produits de qualité et durables, ainsi qu'une sélection de vins originale. Pascaline note que les New-Yorkais cherchent toujours à être à la pointe, même en matière d'œnologie.


Pour rester à la pointe, Pascaline parcourt le monde à la recherche des meilleurs crus. Mariée à une Américaine, elle reste attachée à New York mais constate que les inégalités se sont accentuées depuis la pandémie, surtout dans son quartier de Harlem où se côtoient luxe et pauvreté. Bien qu'elle aime les New-Yorkais et les opportunités de la ville, elle observe une explosion du coût de la vie et la fermeture de nombreux commerces, rendant la reprise économique encore fragile.

 

Claire Obry et Myline Descamps, fondatrices de French Wink : "Le rêve français est toujours aussi puissant aux États-Unis" 🌟

Claire Obry et Myline Descamps ont brillamment capitalisé sur l'aura française aux États-Unis. Entre 2014 et 2019, elles ont multiplié les pop-up de marques françaises. 

Les deux entrepreneures ont développé un site de vente en ligne de produits français : French Wink (où l'on trouve, pêle-mêle, les cosmétiques Payot, les pâtés Rougié, les biscuits Lu et Bonne Maman).


Elles ont également ouvert une boutique et lancé leur propre marque de vêtements, dont les marinières. Après des débuts difficiles, elles ont adopté un modèle digital précoce, leur permettant de passer à 100% en ligne pendant la pandémie.


Les fondatrices constatent que le rêve français reste puissant aux États-Unis. Les Américains francophiles achètent leurs produits pour s'offrir des moments de plaisir et de partage, associés à la joie de vivre française, stimulant ainsi les achats compulsifs.


Après plus de dix ans à New York, Claire et Myline combinent l'optimisme américain avec les valeurs humanistes françaises. Leur entreprise, fondée par des femmes, attire une clientèle majoritairement féminine, admirative de la femme française et de son style de vie libéré. Les fondatrices appliquent cette philosophie à elles-mêmes, n'ayant pas peur d'essayer, de s'adapter et de recommencer si nécessaire. Leur expérience new-yorkaise leur a appris à dépasser leurs limites et à se surpasser.


Vous souhaitez développer votre réseau ?


Rejoignez nos 250 membres (directrices, executives, managers, entrepreneures...).

コメント


bottom of page