LA NEWS DE WOMEN FIRST #12

- ACTUS DE LA SEMAINE : une femme présidente pour 2022 ? - GOOD NEWS DE LA SEMAINE : des quotas dans les entreprises - BUSINESS WOMAN DE LA SEMAINE : Leena Nair nouvelle
patronne de Chanel


LES ACTUS DE LA SEMAINE :

1. Une femme présidente pour 2022 ? 2. Tours s’engage à féminiser le nom de ses rues


1. Une femme présidente pour 2022 ?

Elle “envisage” de se présenter à l’élection présidentielle de 2022.

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux Vendredi 17 Décembre, Christiane Taubira est sortie du silence et a annoncé son éventuelle candidature à la présidentielle de l’année prochaine, qu’elle confirmera aux Français à la “mi-janvier”.


Si elle venait à entrer en lice sous la bannière de la gauche, l’ancienne Garde des Sceaux rejoindrait ainsi plusieurs autres femmes en tant que candidates à la présidentielle.


Une bonne nouvelle puisque, pour la première fois, trois femmes concourent à la tête de grands partis : Anne Hidalgo pour les Socialistes, Marine Le Pen pour le RN, et Valérie Pécresse pour les Républicains.


Un signe que les Français sont enfin prêts pour une femme présidente ?


Chez Women First, on y croit dur comme fer et c’est même l’un de nos objectifs.

Rêve ou réalité ?

Un récent sondage montre que, à la question “feriez-vous confiance à une femme pour assumer cette fonction ? 80% des Français ont répondu oui.

En 1984, ce pourcentage ne dépassait pas 40% pour les hommes et 55% pour les femmes.

Cette étude met en lumière une normalisation progressive des femmes aux postes d’autorité, jusque dans la sphère gouvernementale. Alors, Mesdames, on vous attend de pied ferme à l’Elysée !


2. Tours s’engage à féminiser le nom de ses rues.

La municipalité de Tours a fait un constat alarmant : moins de 5% des rues portent le nom d’une femme.

Une erreur que la ville entend bien corriger en féminisant progressivement l’espace public.

Lors d’un Conseil Municipal tenu le 6 Décembre, les élus ont même validé la dénomination de trois rues d'après d’illustres femmes : Alice Guy, Catherine Binet et Madeleine Boutard.

Pourquoi ? Pour donner plus de visibilité aux femmes dans l’espace public.


En France, seulement 2% des rues ont un nom féminin.

Or, il est essentiel de rendre hommage à toutes ces personnalités qui ont accompli de grandes choses.

Il existe ainsi un réel enjeu à la fois de réappropriation de l'Histoire et de l’espace public.

D’une pierre deux coups ! On en parle...

A Paris, seulement 12% des rues, espaces verts et équipements publics portent le nom d’une femme, tandis que 66% portent le nom d’un homme.

Et justement, le dessinateur Alcatela a attiré l’attention sur l’absence des femmes dans la capitale en réalisant une carte du “Paris Féminin”.

Le concept ? Une illustration qui ne montre que les rues, espaces verts et équipements publics portant le nom d’une femme.

Autant dire que celle-ci ressemble à un véritable gruyère !



LA GOOD NEWS DE LA SEMAINE :
Une loi instaurant des quotas dans les instances dirigeantes.

Il y a des nouvelles qui redonnent le sourire, et celle-ci en fait partie !

Le jeudi 16 Décembre dernier, le Parlement a voté une loi imposant au moins 40% de femmes aux postes de direction des grandes entreprises.

L’objectif ? Briser le “plafond de verre” et atteindre, enfin, une réelle “égalité économique et professionnelle réelle” entre les femmes et les hommes.

Que prévoit exactement cette loi ?

Dans les entreprises de plus de 1 000 salariés, des quotas de femmes seront instaurés parmi les cadres dirigeants et les membres des instances dirigeantes : au moins 30% de femmes en 2027, et 40% d’ici 2030.

À partir de 2030, les entreprises auront deux années supplémentaires pour se mettre en conformité.

Et si elles ne le font pas ? Des pénalités financières sont prévues en cas de défaillance, plafonnées à 1% de la masse salariale de l’entreprise.

Un pas de géant en plus vers la parité !


Plus d’infos sur la nouvelle loi dans cet article.

Pourquoi on trouve ça essentiel ? Parce que les femmes sont toujours sujettes à de nombreuses inégalités au sein du monde du travail : écart salarial, harcèlement, difficulté à accéder à certains postes à responsabilité...

C’est pourquoi, chez Women First, nous avons pour mission d’accélérer la féminisation des organisations et d’accompagner les femmes dans la gestion de leur carrière.

Merci Marie-Pierre Rixain d'avoir porté cette loi !



LA BUSINESS WOMAN DE LA SEMAINE :