LA NEWS DE WOMEN FIRST #26


Les actus de la semaine

  1. Les violences sexistes et sexuelles persistent au travail

  2. Ces femmes qui se reconvertissent dans l’enseignement

1. Les violences sexistes et sexuelles persistent au travail

60% des Français rapportent avoir été exposés à des actes sexistes ou sexuels au travail au cours de ces 12 derniers mois. Un chiffre révélé par le sondage OpinionWay pour Ekilibre Conseil, menée sur un échantillon de 1 009 salariés du public et du privé. Cette dernière montre que les mesures prises pour lutter contre ces violences sont insuffisantes.

Que faut-il retenir de ce sondage ?

👉 60% des interrogés ont subi un acte à connotation sexiste/sexuelle sur leur lieu de travail.

👉 47% d’entre eux ont entendu des “blagues” à connotation sexuelle.

👉 14% affirment avoir fait l’objet de regards insistants sur une partie du corps, de sifflements ou de gestes ou bruits grossiers à connotation sexuelle.

👉 Près d’un salarié sur dix a subi des contacts physiques sur la bouche, la poitrine, le sexe, les fesses ou les cuisses sans consentement.

Un constat alarmant, qui démontre que le combat est loin d’être gagné ! Et ce malgré les initiatives prises en entreprise : cellules d’écoute, ateliers de sensibilisation… Ainsi, 45% des actifs estiment encore que l’entreprise dans laquelle ils travaillent ne s’implique pas assez.

Pour rappel, les comportements dégradants, s’ils sont répétés, sont considérés comme du harcèlement et punis de deux ans de prison, ainsi que de 30 000 euros d'amende.


2. Ces femmes qui se reconvertissent dans l’enseignement

Il n’est jamais trop tard pour changer de vie professionnelle ! Ces femmes l’ont compris et ont pris un virage à 360° pour se reconvertir dans l’enseignement.


Elles étaient avocates, communicantes, guides interprètes et ont décidé de tout plaquer pour un “métier utile, concret, humain” dans l’Éducation Nationale. Pourquoi ? Pour “allumer des étincelles dans les yeux des élèves”, pour “la transmission et les échanges”, pour “vibrer au quotidien”...


Ce phénomène de reconversion en masse n’est d’ailleurs pas étranger au contexte de crise sanitaire, puisque 1 actif sur 5 a amorcé un questionnement sur le plan professionnel. En effet, selon France Compétences, “la crise actuelle joue un rôle d’accélérateur de questionnements sur le sens et les conditions d’exercice de son activité”.


Ces nouveaux plans de carrière nécessitent souvent d’être accompagnée pour faire le point sur ses objectifs et ses compétences. C’est la raison d’être de Women First, qui coache les femmes dans leur parcours professionnel et le développement de leurs talents. 🚀


La Good news de la semaine

Et si l’on pouvait guérir les formes les plus graves du cancer du sein ? C’est l’espoir que laisse entrevoir ce nouveau médicament contre les cancers du sein métastatiques, le trastuzumab deruxtecan.

Derrière ce nom un peu barbare se dessine un traitement apparemment efficace pour "améliorer" la survie sans progression de la maladie après 12 mois chez des patientes atteintes de la souche HER2-positif. Une forme qui, on le rappelle, touche 20% des femmes souffrant d’un cancer du sein.

Selon les résultats de l’étude publiée le 24 mars et menée par des chercheurs de l’International Breast Cancer Center (IBCC) de Barcelone, “Nous pourrions nous retrouver face au médicament le plus actif de l'histoire du cancer du sein". Une bonne nouvelle qui pourrait bien changer la vie de millions de femmes ! 👏