LA NEWS DE WOMEN FIRST #30


L'actualité de la semaine

De plus en plus de femmes peu qualifiées sont exposées à des horaires de travail dits "atypiques", selon une étude publiée par l’Ined (Institut national d’études démographiques).

Cette dernière met en lumière une nette tendance qui s’est dessinée ces dernières années : la part des femmes cadres en horaires atypiques diminue de 23 % entre 2013 et 2019 tandis qu'elle augmente de 11 % pour les ouvrières non qualifiées. Un fossé qui est bien moins creusé chez les hommes.

👉 Que sont concrètement des horaires atypiques ? Ce sont des jours et des horaires de travail non conventionnels, lorsqu’un salarié est habitué à travailler entre 5 heures et 7 heures le matin, entre 20 heures et minuit le soir, la nuit de minuit à 5 heures et le week-end.

👉 Comment expliquer cette polarisation entre femmes cadres et femmes ouvrières ? Cet écart flagrant entre les catégories socio-professionnelles s’explique par une double tendance : d’un côté, les grandes entreprises ont mené des politiques de conciliation du travail et de la famille pour améliorer le bien-être des salariées au travail. De l’autre, les horaires atypiques sont monnaie courante dans les métiers du commerce et les métiers de service à la personne.

En creux, cette étude révèle également une surreprésentation des femmes peu qualifiées dans certains secteurs et un manque de féminisation persistant dans les grandes entreprises. Le plafond de verre est donc toujours bien présent et il est essentiel que nous soyons acteurs du changement. 🙌

C’est d'ailleurs ce pour quoi Women First s’engage, en accompagnant la féminisation des organisations qui souhaitent attirer des femmes talentueuses au sein de leurs effectifs et développer leur talents. Pour prendre rendez-vous avec notre équipe, c’est ici. 👈


La Superwoman de la semaine

Marco Polo n’a qu’à bien se tenir ! Mardi 26 avril dernier, une vénitienne de 72 ans, Vienna Cammarota, a enfilé ses chaussures de marche et s’est lancée dans une randonnée extraordinaire de 22 000 km. 🚶‍♀️

Son projet ? Suivre le même itinéraire que l’explorateur italien Marco Polo en 1271, en partant de Venise pour rejoindre Pékin en Chine, par la route de la soie. Cette marche épique devrait la conduire à travers 15 pays différents pour finalement atteindre sa destination, la capitale chinoise, en 2025.

L’Italienne sera toutefois mieux équipée que l’explorateur, puisqu’une montre connectée permettra d’envoyer des données concernant sa santé à son médecin. Elle part également avec une tente, quelques vivres et un panneau solaire pour recharger son téléphone.

Il faut dire que ce n’est pas le premier rodéo de Vienna Cammarota, qui a déjà quelques périples derrière elle, et quelques muscles dans les jambes : elle a traversé l’Italie du nord au sud, a parcouru le Népal jusqu’à l’Everest, suivi les traces du philosophe allemand Goethe à travers les Alpes... Une vraie marcheuse expérimentée !

Et aux journalistes qui lui demandent si elle est effrayée, l’Italienne répond de but en blanc : "Bien sûr, la peur existe, elle est humaine, mais elle est moins puissante que le désir de voir, de découvrir, de rencontrer, d'écouter". Un beau message qui invite à l’ouverture sur le monde. 🌍


Le coup de coeur de l’équipe

Le musée Carnavalet a annoncé l’inauguration d’une toute nouvelle exposition qui promet d’être sensationnelle : Parisiennes Citoyennes. 🖼️

À la rentrée 2022, les visiteurs pourront ainsi découvrir une collection retraçant l’histoire des luttes féministes dans la capitale et les grandes figures qui se sont battues pour l’émancipation des femmes.

Au-delà des héroïnes incontournables de Paris, comme Olympe de Gouges ou bien encore Gisèle Halimi, on rendra également hommage aux militantes qui oeuvraient davantage dans l’ombre : suffragettes, résistantes, artistes, collectifs…

Une mosaïque de femmes courageuses qui, de la Révolution aux années 2000, ont lutté pour leurs droits et ceux des générations futures.

Rendez-vous du 28 septembre prochain au 29 janvier 2023 au musée Carnavalet.