top of page

LA NEWS DE WOMEN FIRST #73



L'actualité de la semaine


Les inégalités salariales ne s'améliorent pas : chez les cadres, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à avoir reçu une augmentation salariale. 📈


Selon le dernier baromètre de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), plus d’un cadre sur deux aurait bénéficié d’une augmentation (57%).


Une année record pour les augmentations de salaire chez les cadres, ce qui n’est pas le cas pour tout le monde…


Les femmes ont été moins nombreuses que les hommes à bénéficier de cette augmentation et leur rémunération brute médiane demeure inférieure de 15%. 🙅‍♀️


En effet, l'étude relève que 54% des femmes ont bénéficié d’une augmentation salariale, contre 59% chez les hommes. Un résultat accentué chez les jeunes (62% contre 70%).


Des inégalités d’autant plus préoccupantes lorsque les femmes restent sous-représentées dans certaines fonctions, en particulier dans les postes à responsabilité hiérarchique, dans les filières scientifiques ou les écoles d’ingénieurs.


À profil et poste équivalent, l’écart salarial représente aujourd’hui 7%, un résultat se creusant en fonction de l’âge. Un écart pouvant être justifié par des comportements discriminatoires, conscients ou inconscients, de la part des employeurs.


Pourtant, le monde politique se préoccupe de cette problématique : à l’échelle nationale, le gouvernement a dévoilé son nouveau plan de lutte contre les inégalités composé d'une centaine de mesures.


À l’échelle européenne, une directive destinée à contraindre les employeurs dans l’UE à la transparence a été adoptée. 🇪🇺


Bien que ces mesures se multiplient, le chemin à parcourir reste encore long avant d’atteindre une véritable égalité de rémunération...


Pour en finir avec ces inégalités salariales, présentes dans toutes les organisations et même dans les hautes sphères, Women First s’est fixé des objectifs ambitieux :


👉 1 femme Présidente de la République en 2027 ;

👉 50% de femmes dans les instances dirigeantes en 2025 ;

👉 Plus de députées, de maires et de cheffes d’entreprise.

­­­

La Superwoman de la semaine

­­­­­­­

Cette semaine, prenons le temps de rappeler qu’une superwoman se cache parmi chacune d’entre nous. 🦸‍♀️

Il est important de le souligner lorsque…60% des femmes de plus de 45 ans estiment ne pas être reconnues à leur juste valeur au travail ! 🙅‍♀️

👉 Le cap des 45 ans : Un seuil pour les femmes ?

L’étude menée par le cabinet AlterNego nous fournit des résultats qui reflèteraient les stigmatisations subies par les femmes de plus de 45 ans.

Une situation qui pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs.

Parmi eux, les stéréotypes de genres persistants qui associent la valeur professionnelle à la jeunesse et à la masculinité.

De plus, les femmes de plus de 45 ans peuvent être confrontées à des préjugés liés à leurs âges, ce qui limite leurs opportunités d'avancement et affectent leurs confiances en elles. Un inconscient collectif qui laisse penser qu’elles auraient une « date de péremption ».

Et pourtant, la réalité contemporaine est toute autre : cette génération de femme est active, dynamique, et s’est emparée pleinement du monde du travail. 💼

Selon Charlotte Montpezat, psychanalyste, coach et auteure du livre Les Flamboyantes, les entreprises auraient un rôle social à jouer pour mieux prendre en considération les employées en seconde partie de carrière.

Plusieurs actions peuvent être menées comme :

👉 Encourager les formations : permettre aux salariées de plus de 45 ans un accès régulier à des formations adaptées à leur poste 👉 Promouvoir les plus de 50 ans : les employeurs peuvent promouvoir les femmes en seconde partie de carrière pour lutter contre ce manque de perspective et de reconnaissance

N'oublions pas que la diversité des expériences et des perspectives est une source de richesse pour les entreprises et la société dans son ensemble. Encourageons une culture de reconnaissance et de valorisation de tous les talents, quel que soit leur âge.

Devenez votre propre superwoman ! 💪

Chez Women First, nous soutenons justement toutes celles qui souhaitent se lancer dans des projets ambitieux, qu’ils soient à impact ou non. Notre but : accélérer la féminisation des organisations et développer les talents féminins pour percer enfin le plafond de verre.


Le coup de cœur de l'équipe

Êtes vous familier avec l’esport ?


👉 L’esport, littéralement « sport électronique », désigne des compétitions de jeux vidéo.

La portée du phénomène s’est amplifiée ces dernières années et la discipline fait aujourd’hui face à un enjeu de féminisation. Partenaire de l’esport, Aldi lance une campagne active en faveur de la féminisation du secteur et de l’esport, « Place aux Nouvelles Gameuses ». 🎮


Avec seulement 6% de esportives, l’esport est un milieu où les femmes sont très peu représentées. Pourtant 1 gamer sur 2 est une gameuse !


L'enseigne aborde de front cette problématique en accompagnant la création de l’une des premières équipes féminines d'esport : les French Bees, portée par la structure professionnelle Team Vitality, une équipe semi-professionnelle sur le jeu League of Legends.

Ce n’est pas tout : elle s’engage de plus, dans un partenariat avec l’association « Women In Games » qui œuvre activement pour la mixité dans l’industrie du jeu vidéo en France.


👉 Leur objectif ? Doubler le nombre de femmes et de personnes non-binaires dans l’industrie en 10 ans.


Les stéréotypes et les idées perçues sont un obstacle à la représentation féminine dans l’esport. Avec cette initiative, Aldi aspire à faire bouger les lignes. 👏


Une initiative que l’on soutient chez Women First !

댓글


bottom of page