Newsletter #5 - Quotas, transition professionnelle et droit des saoudiennes

News n°5 - Samedi 19 juin 2021 1- Les quotas en 2021 2- Un livre pour réussir sa transition professionnelle 3- Le droit des femmes en Arabie Saoudite ! Cette semaine chez Women First, on vous parle des quotas, on vous présente "THE" livre pour réussir votre transition professionnelle et on vous informe sur l'évolution des droits des femmes en Arabie Saoudite !


- LE GRAND ANGLE - 
Les quotas en 2021 !



Les quoi ? Les quotas !

Tout simplement, les quotas correspondent à une proportion. Ces derniers sont utilisés dans diverses politiques, publiques comme privées, et se traduisent par une quantification déterminée allouée à un organisme.

Il existe une grande variété de quotas (quotas de pêche, de production, quotas ethniques, d'immigrants etc.).

Dans le monde public, ils sont utilisés pour créer une discrimination positive et ont pour but de favoriser une partie de la population qui est discriminée à l'origine.

Si Women First vous en parle aujourd'hui, c'est parce que les quotas sont un ressort très important concernant l'égalité professionnelle femme/homme.



Et alors ?

Eh bien en ce moment, les quotas font pas mal parler ! D'abord, les quotas ont toujours constitué un grand débat sociétal qui divise les opinions. Ensuite, on en parle beaucoup en ce moment puisqu'il y a un mois, la loi Rixain-Castaner a été votée et adoptée à l'Assemblée Nationale. La proposition de loi Rixain-Castaner vise à "accélérer l'égalité économique et professionnelle" entre les femmes et les hommes.

Comment ? En réalité, il y a plusieurs mesures qui y sont proposées et l'une d'entre elles c'est l'imposition de quotas pour les grandes entreprises. La loi prévoit l'introduction d'un quota de chaque sexe dans les entreprises de plus de 1000 salariés.

L'objectif est d'arriver à 30% de femmes d'ici 2027 et 40% d'ici 2030. Les entreprises qui ne respectent pas cette mesure, se verront appliquer une pénalité financière proportionnellement à leur masse salariale.

Un article sur la loi Rixain-Castaner juste ici !



Et les quotas... ça marche ?

Dans le passé, d'autres lois ont déjà été adoptées à ce sujet. C'était le cas en 2011 avec la loi Copé-Zimmerman qui prévoyait l'adoption de quotas dans les conseils d'administration.


Le résultat ? On est passé de 10% de femmes dans les conseils d'administration du CAC40 en 2009 à près de 45% de femmes en 2020. Idem pour le SBF120, qui affichait un taux de 45% de femmes dans son conseil d'administration l’année dernière.


Néanmoins, il ne faut pas oublier qu'ils ne règlent pas tout !


Un bilan de la loi Copé-Zimmerman juste ici !



Oui mais les limites alors ?

Ne nous emballons pas ! Si les quotas sont une solution très intéressante pour accroître quantitativement le nombre de femmes dans les instances dirigeantes, les quotas ne permettent pas d’apprécier à quel poste sont nommées des femmes !

En effet, bien souvent, celles-ci se voient attribuer les postes à moindre responsabilité. On voit beaucoup de femmes dans les directions fonctionnelles par exemple (DRH ou Directrice Communication, Marketing, RSE, Juridique) mais bien moins dans des postes de direction opérationnelle.

Si la loi Copé-Zimmerman par exemple, a eu un effet satisfaisant sur les chiffres, le ruissellement escompté du conseil d'administration vers le comité exécutif n'a pas eu lieu.

Il est d'ailleurs important de rappeler que 2027... eh bien c'est dans 6 ans, et 2030 dans 9 ans !


Et si on atteint ces objectifs de 30 puis 40%, ce ne sera seulement que pour les entreprises de + de 1000 salariés !

Pourquoi se fixer un objectif en dessous de la parité quand nous voulons l'égalité des hommes et des femmes dans le monde professionnel ?



Une conclusion ?

Si Women First salue cette initiative, nous considérons que ces mesures sont encore trop loin de notre objectif réel. C'est pourquoi, notre équipe oeuvre au quotidien pour accélérer l'ascension des femmes dans la société et dans les organisations en particulier avec notamment, notre programme #WomenForCEO ! Suivez-nous sur Instagram pour découvrir les coulisses de l'action Women First et pour nous soutenir :)


Pour nous suivre sur Instagram, c'est ici !



 

- LE COUP DE COEUR DE LA SEMAINE - 
Réorienter sa vie professionnelle !

Le coup de coeur de la semaine c'est le livre : Réorienter sa vie professionnelle de Marianne Robert de Massy !

Dans ce premier ouvrage, Marianne nous partage ses conseils d'experte en transition proffessionnelle.

Le livre est divisé en quatre chapitres qui correspondent aux quatres attitudes clefs pour retrouver un job !

  • la zen attitude

  • la pitch attitude

  • la link attitude

  • la flow attitude




Directrice associée du cabinet Enjeux et Dirigeants, Marianne accompagne depuis près de quinze ans des dirigeants dans leur transition professionnelle.

Elle est une experte reconnue (HBR et Linkedin), et a façonné tout au long de son parcours une approche unique et différenciante.

Elle met l’accent sur l’intelligence relationnelle et la gestion des stress pour faire de toute transition un tremplin, transformer les difficultés en opportunités et grandir personnellement.



Vous pouvez acheter son ouvrage juste là !





 

- LA BONNE NOUVELLE DE LA SEMAINE - 
Le droit des femmes avancent en Arabie Saoudite !

Cette semaine, la bonne nouvelle est internationale ! En Arabie Saoudite, un amendement a été voté pour permettre aux femmes non-mariées de vivre où elles le souhaitent sans avoir besoin d'obtenir l'autorisation de l'homme qui contrôle leur vie. C'est le quotidien saoudien Mecca qui l'a révélé mardi 8 juin. Cet amendement du code de procédure concerne les femmes majeures célibataires, divorcées ou veuves. À l'origine, celles-ci devaient vivre sous la supervision de leur mahram ("gardien") qui pouvait être leur père, leur frère, ou un fils. Si le contrôle du mahram sur la femme est toujours appliqué (cette relation de tutelle n'en est pas abolie pour autant), elle s'est atténuée et cette mesure constitue déjà un grand pas concernant le droit des femmes en Arabie Saoudite. Cette nouvelle décision s’inscrit dans le cadre d'un programme de réformes économiques et sociales “Plan vision 2030”, qui vise entre autre, à améliorer le droit des femmes dans le royaume.

Néanmoins, les femmes en Arabie Saoudite restent extrêmement limitées dans leurs actions.

Un article de Courrier International juste là !